Glossaire Utilisateur non identifié Déconnexion

A


Accrédication : attestation délivrée par une tierce partie, ayant rapport à un organisme d’évaluation de la conformité, constituant une reconnaissance formelle de la compétence de ce dernier à réaliser des activités spécifiques d’évaluation de la conformité.

Agrément : l’agrément délivré par le ministère chargé de l’environnement qualifie un laboratoire qui effectue des analyses et des contrôles qui peuvent être nécessaires dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques pour l’application des articles L 210 et suivants du code de l’environnement ou pour la prévention et la lutte contre la pollution des eaux.

Analyse : désigne toute action de détermination de la valeur d’un paramètre dans une matrice donnée.


B


C


Code (Sandre) : voir Sandre


Comparaison interlaboratoires : organisation, réalisation et évaluation d’essais ou de mesures sur des objets soumis à l’essai ou à des essais semblables par au moins deux laboratoires différents dans des conditions prédéterminées.


D


E


Eau douce : l’eau est considérée comme douce si la dureté est inférieure à 15°f. L’unité de mesure de la dureté est le "degré français" ( °f ) : 1°f équivaut à 4 mg de calcium par litre (ou 10 mg de calcaire) et à 2,4 mg de magnésium par litre. Un litre d’eau de dureté 20°f contient donc 80 mg de calcium.

Eau résiduaire :encore désignée par eau usée = eau ayant été utilisée par l’homme. On distingue généralement les eaux usées d’origines domestique, industrielle ou agricole. Ces eaux sont rejetées dans le milieu naturel directement ou par l’intermédiaire de système de collecte avec ou sans traitement.

Eau saline : eau des océans et des mers, caractérisée par une salinité et une densité plus élevées que celles de l’eau douce

Ecart-type (pour l’évaluation de l’aptitude) : mesure de dispersion utilisée dans l’évaluation de l’aptitude et basée sur l’information disponible.

EDILABO : désigne un standard d’échanges unique pour la transmission informatisée des données commanditaires vers les laboratoires (« commandes ») et laboratoires vers les commanditaires (« résultats d’analyses »). Ce standard s’appuie sur les référentiels du Sandre.

Essai inter laboratoire (EIL) : détermination de la performance d’un laboratoire en matière d’essais, au moyen de comparaisons interlaboratoires (habituellement nommé essai d’aptitude).

Evaluation : processus mis en œuvre par un organisme d’accréditation pour évaluer la compétence d’un organisme d’évaluation de la conformité sur la base de norme(s) et/ou d’autres documents normatifs identifiés, et pour une portée d’accréditation définie.


F


Fraction analysée : désigne un composant du support sur lequel porte l’analyse.


G


H


I


Instance d’accréditation : désigne le Comité français d’accréditation (COFRAC) ou tout autre organisme respectant les procédures édictées par la norme NF EN ISO/CEI 17011 (« exigences générales pour les organismes d’accréditation procédant à l’accréditation d’organismes d’évaluation de la conformité ») et signataire de l’accord multilatéral dénommé « European co-operation for Accreditation of Laboratories » ayant la capacité de vérifier les conditions définies à l’article 3 du présent arrêté.


J


K


L


Limite de quantification : plus petite grandeur d’un analyte (paramètre) à examiner dans un échantillon pouvant être déterminée quantitativement dans des conditions expérimentales décrites dans la méthode avec une variabilité définie (coefficient de variation déterminé).


M


Matrice : désigne la nature d’échantillon (eau douce, résiduaire, saline ou sédiment) à analyser.

Méthode : procédure écrite décrivant l’ensemble des moyens et modes opératoires nécessaires pour effectuer l’analyse.


N


Norme de qualité environnementale (NQE) : concentration d’un polluant dans le milieu naturel qui ne doit pas être dépassée, afin de protéger la santé humaine et l’environnement


O


P


Paramètre : désigne tout paramètre ou indicateur physique, chimique, biologique, microbiologique ou écotoxicologique dont l’analyse est demandée au laboratoire.

Portée d’accréditation : services spécifiques d’évaluation de la conformité pour lesquels l’accréditation est demandée ou a été octroyée.

Prélèvement : référence de la méthode normalisée ou consensuellement reconnue ou identification de la méthode interne et de sa révision.

Principe de la méthode : principe de mesure.


Q


R


Référence de la méthode : référence de la méthode normalisée ou consensuellement reconnue ou identification de la méthode interne et de sa révision.


S


Sandre : Service d’administration nationale des données et référentiels sur l’eau.
Le Sandre est chargé d’élaborer les dictionnaires des données, d’administrer les nomenclatures communes au niveau national, et d’établir les formats d’échanges informatiques de données.

  • 1/ Les dictionnaires de données :
    Les dictionnaires de données sont les recueils des définitions qui décrivent et précisent la terminologie et les données disponibles pour un domaine en particulier. Plusieurs aspects de la donnée y sont traités :
    • sa signification ;
    • les règles indispensables à sa rédaction ou à sa codification ;
    • la liste des valeurs qu’elle peut prendre ;
    • la ou les personnes ou organismes qui ont le droit de la créer, de la consulter, de la modifier ou de la supprimer...
    A ce titre, il rassemble les éléments du langage des acteurs d’un domaine en particulier. Le Sandre a ainsi élaboré des dictionnaires de données qui visent à être le langage commun entres les différents acteurs du monde de l’eau.

  • 2/ Les nomenclatures communes :
    L’échange de données entre plusieurs organismes pose le problème de l’identification et du partage des données qui leur sont communes. Il s’agit des paramètres, des méthodes, des supports, des laboratoires... qui doivent pouvoir être identifiés de façon unique quel que soit le contexte. Si deux producteurs codifient différemment leurs paramètres, il leur sera plus difficile d’échanger des résultats.
    C’est pour ces raisons que le Sandre s’est vu confier l’administration de ce référentiel commun afin de mettre à disposition des acteurs du monde de l’eau une codification unique, support de référence des échanges de données sur l’eau.

  • 3/ Les formats d’échange informatiques :
    Les formats d’échange élaborés par le Sandre visent à réduire le nombre d’interfaces des systèmes d’information que doivent mettre en oeuvre les acteurs du monde de l’eau pour échanger des données.

Sédiment : particules solides, organiques ou minérales et de dimension variée, qui se déposent au fond des cours d’eau, d’un lac ou d’un estuaire dont le courant est faible. Ils abritent une faune diversifiée, riche et variée, qui peut être utilisée pour évaluer l’état du milieu aquatique. Par ailleurs, ils ont la faculté de stocker ou de garder la trace de certaines pollutions, notamment les métaux et les micropolluants organiques. A ce titre, ils en sont souvent les révélateurs.

Support : est un composant du milieu sur lequel porte l’investigation. Les supports sont par exemple de l’eau brute, des sédiments, des mousses aquatiques…

T


U


V


Valeur assignée : valeur attribuée à une grandeur particulière et reconnue, parfois par convention, comme ayant une incertitude appropriée à un usage donné.


W


X


Y


Z


Z-score : mesure normalisée du biais de laboratoire, calculée à partir de la valeur assignée et de l’écart-type pour l’évaluation de l’aptitude.

Actualités 
Liens
Notice d'utilisation
Glossaire
Informations légales
Contacts
Questions - Réponses